Lyon et Napoléon

Collectif


Sous la direction de Ronald ZINS

288 pages au format 21,5 x 28,5 cm
230 illustrations
Couverture souple avec rabats

Date de parution : Février 2004
ISBN : 978-2-87844-071-3

Version

49,00 €

Lyon avait des droits tout particuliers à la bienveillance de Napoléon. Il n'oubliait pas qu'à son retour d'Égypte il avait trouvé dans l'antique cité fondée par Munatius Plancus un accueil enthousiaste et une légitimité populaire qui le confortèrent dans son ambition de réaliser un coup d'État.

Dès sa prise de pouvoir, Napoléon décida de relever Lyon qui avait été humilié, martyrisé et défiguré lors de la période révolutionnaire. Il envisagea toutes les actions nécessaires pour reconstruire les immeubles détruits, favoriser le développement économique, permettre aux cultes de s'exercer, donner un nouvel élan à la vie culturelle et assurer le rayonnement de Lyon. Le Consulat et l'Empire furent assurément un âge d'or pour la Fabrique lyonnaise, poumon économique de la ville.

Napoléon avait des relations affectives très profondes avec Lyon dont témoignent deux phrases prononcées en 1805, « J'aime à voir de près les Lyonnais, mon véritable trône est dans leurs cœurs », et en 1815, « Lyonnais, je vous aime ! ». La ville fut avec Paris celle qui retint le plus son attention et il envisagea même d'y transférer la capitale de l'Empire.

Parmi les chefs de file de la nouvelle génération d'historiens de l'époque napoléonienne, Ronald Zins est le spécialiste de l'histoire de Lyon sous le Consulat et l'Empire. Il a notamment publié "Le maréchal Lannes favori de Napoléon", "1814 l'armée de Lyon ultime espoir de Napoléon", "1815 l'armée des Alpes et les Cent-Jours à Lyon" et il a collaboré au "Dictionnaire Napoléon" (3e édition) sous la direction de Jean Tulard.