LA PEINTURE RELIGIEUSE EN FRANCE, 1685-1789

De la commande à la création

Christine Gouzi

ÉDITIONS FATON
480 pages
21,5 × 28,5 cm - à l’italienne
Couverture cartonnée
300 illustrations

Date de parution : 2019
ISBN :

Version en français

115,00 €

UNE BIBLE DE LA PEINTURE FRANÇAISE DU XVIIIE SIÈCLE.

De François Lemoine à David en passant par Boucher, ce livre doté d’une riche iconographie apporte une synthèse à la fois novatrice, originale et complète sur la peinture religieuse du siècle des Lumières.

Il manquait au XVIIIe siècle un ouvrage de synthèse sur la peinture religieuse, à l’instar de celui publié par Emile Mâle pour le XVIIIe siècle. La peinture du siècle des Lumières est en effet trop souvent réduite aux fêtes galantes de Watteau, aux Vénus de Boucher ou encore aux scènes néo-antiques de David. C’est occulter le rôle essentiel que joue la grande peinture d’histoire religieuse dans un siècle marqué par l’opposition janséniste et la diffusion des idées des Lumières : elle y est à son apogée, émanation de la politique royale, étendard brandi pour répondre aux troubles religieux contemporains, dans un style renouvelé et enlevé, qui incarne avec panache la manière du XVIIIe siècle.

Accompagné d’un dictionnaire des artistes, doté d’une iconographie très riche, le livre de Christine Gouzi s’impose comme une bible de référence pour les amateurs de grande peinture.Il analyse les décors des édifices parisiens comme ceux des grands centres urbains et des modestes paroisse rurales ; il présente la carrière et la technique spécifique des peintres et s’attache au rôle et à la personnalité de leurs commanditaires.

Cette synthèse magistrale jette aussi un éclairage nouveau sur les principaux représentants du genre au XVIIIe siècle : François Lemoine, Jean Restout, François Boucher, Carle van Loo, Charles-Antoine Coypel, Joseph-Marie Vien, Nicolas-Guy Brenet ou encore Jacques-Louis David, pour ne citer que les principaux.

L'AUTEUR : Christine Gouzi est maître de conférences à Sorbonne-Université et membre du Centre André Chastel (CNRS).