TELL AHMAR Les peintures murales du palais

Les couleurs de l'empire assyrien

Ariane Thomas

ÉDITIONS FATON
Coédition avec le musée du Louvre
176 pages
Format : 22 x 28 cm
150 illustrations
Couverture souple à rabats

Date de parution : Mai 2019
ISBN : 978-2-87844-262-5

Version en français

35,00 €

LES DERNIERS VESTIGES D'UN ART DISPARU.

Témoignages inespérés et uniques à ce jour, les peintures de Tell Ahmar sont parmi les plus anciennes conservées au musée du Louvre.

Il y a plus de deux mille cinq cents ans, elles couvraient les murs d’un palais édifié dans les provinces occidentales de l’empire assyrien (en Syrie actuelle). Les kilomètres de peintures miraculeusement préservées ont révélé un extraordinaire décor où se déploient des scènes d’audience, de guerre ou de chasse royales fourmillant de détails. Les musées du Louvre et d’Alep en conservent plusieurs fragments originaux tandis que le reste a depuis disparu. Le Louvre abrite également, comme un trésor ayant désormais presque valeur d’original, des dizaines de mètres de relevés aquarellés à l’échelle exacte des peintures murales du palais royal de Tell Ahmar, un ensemble unique réalisé en 1930 au moment des fouilles.

Richement illustré, cet ouvrage propose de (re)découvrir ces vestiges exceptionnels, alors même que l’on connaît si mal la peinture assyrienne. Si l’on pense plus souvent aux sculptures en pierre, tels les fameux taureaux ailés de Khorsabad, cet ouvrage rappelle que la couleur était bien présente dans le décor monumental assyrien, et que la peinture pouvait même remplacer, comme ici, les grands reliefs.

L'AUTEUR : Ariane Thomas est conservatrice chargée des collections mésopotamiennes au département des Antiquités orientales du musée du Louvre. Docteur en archéologie orientale (Université Paris IV-Sorbonne), elle enseigne depuis plusieurs années à l’École du Louvre et participe à différentes missions archéologiques au Moyen-Orient. Commissaire de plusieurs expositions, elle a publié de nombreux travaux autour ­de la collection mésopotamienne.